LabConeSul - História da Elites LabConeSul - História da Elites LabConeSul - História da Elites LabConeSul - História da Elites LabConeSul - História da Elites LabConeSul - História da Elites LabConeSul - História da Elites LabConeSul - História da Elites

Participação na EHESS - Seminário Sociologie des Professions Techniques

EHESS et MSH Paris 05239

Participação do Prof. Flavio M. Heinz no Seminário Sociologie des Professions Techniques (prof. André Grelon, diretor) - École de Hautes Études en Sciences Sociales.

Dia 30.04.2012, 17h (105, boulevard Raspail, 75006 Paris, salle 9 - 2e étage, bâtiment B)

Flavio M. Heinz est professeur au Département d'Histoire de l'Université Pontificale de Rio Grande do Sul (PUCRS), à Porto Alegre, Brésil, où il coordonne le Laboratoire d'Histoire comparée du Cône sud. Il présentera une analyse de la création de l'École d'ingénieurs de Porto Alegre au Brésil, et de son prestigieux Institut électrotechnique, ainsi que sur les circonstances de leur développement dans les premières décennies du XXème siècle, tant sur le plan académique que sur le plan politique.

L'École a été fondée en 1896 par des ingénieurs de formation militaire qui avaient été politiquement très actifs dans le mouvement antimonarchique et républicain et qui, par ailleurs, partageaient l'orientation politique et religieuse du positivisme comtien. Impliqués dans un projet intellectuel de modernisation sociale et culturelle du pays, ces ingénieurs prônaient une plus grande ouverture aux formations techniques et critiquaient la formation trop littéraire de l'enseignement de l'époque. La création de l'Institut électrotechnique (1908), premier du genre en Amérique du Sud, s'inscrivait alors dans le cadre de l'expansion de l'École d'ingénieurs et comptait sur le généreux soutien financier de l'administration régionale républicaine et positiviste. Les années suivantes, l'École et son Institut électrotechnique allaient marquer fortement leur présence dans la formation des cadres techniques de l'État. Dans l’ensemble des départements de l'École d'ingénieurs, il y a eu 425 diplômés entre 1898 et 1928 – dont un peu plus d'une soixantaine d’ingénieurs électromécaniciens – une bonne partie d'entre eux étant absorbée dans les filières de l'administration régionale. Cependant, des recherches qui viennent de commencer aident à mettre à jour l'importance de la participation de ces ingénieurs au niveau national, après la Révolution de 1930, qui accompagnent l'arrivée au pouvoir du président Getulio Vargas avec d'autres membres de l'élite d'orientation positiviste du sud, dans la création et la gestion des nouveaux organes de planification de l'infrastructure et de l'industrie nationales.

 

Os resumos dos demais palestrantes encontram-se disponíveis no http://historiasocialecomparada.blogspot.com.br/

var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-27329108-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();